ORION fût formé en 1975 dans la vague des grands noms du progressif français comme Ange et Atoll, pour ne nommer que ceux-là. Et comme plusieurs formations de l’époque le groupe s’est buté à l’incompréhension de certaines maisons de disques. Malgré tout, ORION sort son premier album intitulé « La Nature Vit, l’Homme lui Critique » en 1979. Environ un an plus tard la formation de Meaux, situé dans la région de Paris commence l’enregistrement du second album, « Mémoires du Temps ». Il ne sera pas terminer, le groupe se sépare en 1980.  En 2010, Patrick et Janusz décide qu’il est temps de publier l’album, il sort en 2013. Et surprise « Mémoires du Temps » est très bien accueilli par les fans qui n’ont pas oublié ORION et les chroniqueurs spécialisés sont ravis. Le duo prend une autre décision importante, celle de faire un nouvel album. Et maintenant voici « La Face Visible ». Sur cette page vous trouverez la chronique de l’album écrite par Philippe ANDRÉ ainsi qu’une entrevue que j’ai réalisée avec les deux membres fondateurs Patrick Wyrembski et Janusz Tokarz .


Chronique de l’album "La Face Visible"

 

ORION La Face Visible – Musea Records – 2015

Par Philippe André

ORION est de retour, mais qui est ORION ?

Une formation française que l'on peut apparenter au rock progressif au sens large, auteur d'un premier album en 1979, & puis plus rien jusqu'en 2013 – les affres de la vie & du temps nous ayant enlevés avant l'âge légal le guitariste/flûtiste & le batteur des débuts – la hargne dans le bon sens du terme & la persévérance de Patrick WYREMBSKI & de Janus TOKARZ faisant le reste c'est à dire le maintien de la formation dans le monde de la musique pour notre plus grand plaisir, leur but c'est leur histoire, deux jeunes garçons d'origine polonaise ayant fui l'Est pour l'Ouest avant la chute du Mur. Pour être vraiment honnête « Les mémoires du temps » composé à l'aube des années 80 & publié trente-trois années plus tard ne m'avait pas vraiment convaincu, sans que je sois capable aujourd'hui de vous dire pourquoi.

Alors qu'est ce qui a changé en l'espace de vingt-quatre mois ? Réponse facile pour l'amateur de musique progressive, nous sommes devant un album conceptuel inspiré par ce « Wall » of Berlin & qui conceptuel dit osmose entre musique & histoire. Et hasard ou intelligence, nous opterons évidemment pour la seconde solution, ORION commence par le meilleur, un instrumental de près de dix minutes, le titre éponyme dans lequel les traces floydiennes & eloyiennes sont patentes nous offrant un psyché space progressif d'une grande qualité, respirable & indémodable à la fois, bravo. « Quelque part en 1989 » est tout aussi plaisant nanti de paroles faciles à mémoriser, j'adore ce titre pour sa mélodicité simple & belle. « La dernière danse In Berlin », instrumental aussi, un tantinet synthétique, presque kraftwerkien (normal nous sommes en Allemagne), s'intègre parfaitement dans l'ensemble, conclue par la fameuse phrase de JFK en 1963, Ich Bin Ein Berliner (Je Suis Un Berlinois). « De l'autre côté du rideau de fer » nous narre l'histoire du Check Point Charlie, seul passage autorisé entre les deux Berlin jusqu'au 9 novembre 1989, un passage dont les abords étaient truffés de pièges & de mines anti personnels…… « Puis un jour on m'a dit », titre qui reprend les paroles du second morceau, plus énergique que les titres précédents avec une guitare mordante que je rapprocherais de celle de SCORPIONS première décade, celle d'Uli Jon Roth, donc forcément plus métallique que progressive mais lyrique néanmoins, une voie semblable à celle des deux titres suivants, un hymne contre les excès en tous genres pour « Résistance ».

L'album se clôt par « Le singe de la vie », composé par feu Laurent DELENNE en 1980, un hommage voulu par Patrick WYREMBSKI & Janusz TOKARZ à leur pote disparu, le chimpanzé est assis sur un arbre……..

A bientôt pour une suite avec plaisir les gars.

Cote : 4/5

Pistes :

1. La Face Visible (9:36)
2. Quelque Part En 1989 (6:41)
3. La Dernière danse in Berlin (3:39)
4. De l'Autre Côté du Rideau de Fer (5:17)
5. Puis un Jour on m'a Dit (7:00)
6. Résistance (3:59)
7. Stèle Blanche (3:30)
8. Le Singe de la Vie (5:12) 

Musiciens :
Janusz Tokarz - chant, claviers
Patrick Wyrembski - basse, guitares
Michel Taran - claviers, batterie
Alain Pierre - guitares synthés, batterie
Pierre-Jean Horville - guitares, basse

Tout d'abord je tiens à vous remercier de participer à cette entrevue.

 

PR – Orion a été formé au milieu des années 70 et l'aventure c'est terminée en 1980. Lorsque l'on prend connaissance de votre biographie on s'aperçoit rapidement que la vie de musicien à cette époque n'est pas rose. Quel était votre état d'esprit à cette époque malgré toutes les embuches que vous avez rencontrées?

 

Patrick Wyrembski – Nous avons commencé à donner des concerts en région parisienne dès 1975 et tout est allé très vite. Le bouche à oreille fonctionnait à merveille et les salles étaient pleines à craquer. La presse musicale accueillait favorablement notre musique et nous encourageait :

« Une voie pour la pop française défrichée par de très bons compositeurs et arrangeurs..." (Rock et Folk-Jean-Marc Bailleux nov.1976)

« Orion a tous les atouts dans son jeu pour rejoindre les grands" (Rock en Stock - octobre 1977)

 

Nous avons donc voulu enregistrer notre premier album et là les choses ont commencé à se compliquer. A l'époque  il était difficile de se passer d'une maison de disque au niveau de la production et de la distribution. Nous avons commencé à démarcher les Majors et avons essuyé des refus dans le style « dommage que vous chantiez en français », « vos titres sont beaucoup trop longs », « ça ne pourra jamais  passer à la radio » etc. etc. …

 

Lorsque qu'au final nous avons décroché notre premier contrat notre album est resté dans les tiroirs pour ne pas concurrencer un groupe qui était classé dans le même style alors que le rock progressif était en plein déclin.

 

PR – Avec le recul croyez-vous qu'Orion est arrivé trop tard?

 

Janusz Tokarz -  La création du groupe en lui-même je ne le pense pas, par contre  notre premier album « La nature vit, l'homme lui critique »  a mis beaucoup trop de temps pour sortir. En 1979 le rock progressif n'était plus  à la mode. Toutefois avec le temps et l'arrivée d'internet ce vinyle, tiré à seulement 3000 exemplaires, est devenu un collector très recherché. Le label Musea a réédité cet album sur  CD avec une nouvelle pochette en 1993. Nous avons bénéficié à nouveau de très bonnes critiques de la presse spécialisée notamment au Japon, aux U.S.A ,en Angleterre, Italie, Allemagne, Israël... Voici 2 extraits de ces critiques dont une écrite par un journaliste anglais de la BBC qui donne son avis  précisément sur la question.

  • « Orion est cité comme l'un des groupes français des plus inventifs des années 70, sa musique est comparée à celle de Ange,Camel, E.L.P, King Crimson, Styx, Kansas... mais se situe quelque part entre tous ces groupes avec son propre style.

    - « Ce groupe aurait pu devenir énorme mais il est arrivé avec 2 ans de retard, le rock progressif était considéré comme une musique trop sophistiquée et ringarde. C'était le « punk » et la new-wave qui vendaient le plus de disques ….»


PR – En 2013 vous décidez de sortir l'album « Mémoires du Temps », ce dernier fut enregistré initialement vers la fin des années 70. Selon ce que je comprends l’album n’est jamais paru, pourquoi? Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à le publier?


 

P.W - Notre maison de disque de l'époque nous a fait signer un contrat d'essai et nous a fait « miroiter » un gros contrat. Mais avec l'arrivée du mouvement « punk »et de la new-wave »notre directeur artistique a mis ce projet de côté, puis le groupe s'est séparé. Les bandes magnétiques sont restées dans les tiroirs pendant plus de 30 ans.


Chaque musicien est parti de son côté. Deux musiciens du groupe Laurent  Delenne (guitariste-chanteur) et Pascal Vatier (le nouveau batteur) nous ont quittés prématurément dans les années 90 pour cause de maladie. Nous pensions sortir cet album un jour ou l'autre mais nous étions pris par divers projets artistiques : Janusz par un album solo, un spectacle musical, du théâtre et moi j'ai enchainé quelques 2000 concerts avec mon groupe de « covers »


J'ai décidé fin 2010 de me poser, d'arrêter les concerts et de revenir à la composition et à la musique de nos débuts. Janusz était dans le même état d'esprit et nous nous sommes dit que c'était le moment  de le publier.


Après avoir réussi à récupérer les bandes magnétiques des enregistrements de l'époque, l'étape importante a consisté à les restaurer et à les numériser. Ce travail délicat a pris plusieurs mois avec l'aide d'un ingénieur du son.


PR – Qu’est-ce qui vous a amené à composer un nouvel album et du coup à ressusciter Orion?

 

J.T – Nous nous n'attendions pas à ce que « Mémoires du Temps » soit aussi bien accueilli par les critiques et avons découvert, après tout ce temps passé, que nous avions encore des fans et qu'il existait toujours un courant important de rock progressif. Nous avons décidé de lancer une campagne participative avec un site qui s'appelle ULULE pour réaliser ce 3ième album. Nos objectifs financiers ont été atteints très rapidement et nous sommes lancés dans la nouvelle aventure.

 

PR – Vous voulez nous présenter « La Face Visible », c’est un concept, je crois?

 

P.W - Oui c'est un album-concept inspiré par notre propre vécu à travers les événements de la chute du mur de Berlin du 9 novembre 1989.Un album qui dénonce le totalitarisme en général. Le thème central est la liberté au sens large du terme. Tout en gardant les ingrédients du  rock progressif nous avons essayé de coller au concept en privilégiant la mélodie et l'émotion. Au final ça change un peu le style vers une sorte de Prog- Electro « cool »  On aime bien changer et surprendre, le prochain album sera également différent.

 

PR – « La Face Visible » est votre vécu personnel, passé ou récent, est-ce que vous avez voulu exorciser ces moments?

 

J.T – « La face visible » raconte notre exil en France. Nous avions 13 et 14 ans lorsque nos parents ont quitté clandestinement la Pologne. Nous étions encore trop jeunes pour tout comprendre  et c'est seulement quelques années plus tard à la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 que nous avons réalisé l'importance de cet événement. C'est ce moment fort de notre vie que nous avons voulu exprimer en musique en forme de «  flash-back » souvenirs.


PR – Vous rendez hommage à Laurent Delenne, un ami et musicien disparu avec la chanson « Le Singe de la Vie », qu’il a composée en 1980.

 

J.T -  "C'est un hommage en forme de clin d"oeil". Par contre un album entier sortira prochainement et sera dédié entièrement à Laurent. Il est réalisé par le groupe Mémory Yet Tapes ...., composé d’Alain PIERRE et Michel TARAN, musiciens d'Orion en collaboration avec Jean-Philippe MAMOSA, ancien musicien d'Orion. 13 titres élaborés autour des chants de Laurent et de certaines de ses interventions guitaristiques, des montages, des boucles et des compositions atypiques... C'est  Patjaprog qui produira cet album.



PR – Si vous aviez la possibilité de choisir l’époque pour créer ORION vous choisiriez les années 70 ou aujourd’hui? Et pourquoi?


P.W - Je dirais 50/50. Les années 70 étaient une décennie formidable avec des groupes très créatifs comme PINK FLOYD,YES,GENESIS,GENTLE GIANT, KING CRIMSON, CAMEL, CARAVAN,DEEP PURPLE, SUPERTRAMP, ELP , LED ZEPPELIN et bien d'autres. Tous ces grands noms nous ont fait rêver, inspirer et donner le goût de faire de la musique. Et aujourd'hui avec l'apparition d'Internet et du numérique qui ont sensiblement bouleversé et bouleversent encore l'industrie de la musique.


La création et la production ont été facilitées par la transformation du matériel d’enregistrement et l’autoproduction s’est vite développée avec l’apparition des home-studio (plus besoin d’aller dans un studio professionnel pour créer) ; la promotion a été touchée aussi, de même que la technique lors des concerts. Le numérique a permis de repousser les limites de la création ainsi que de faire beaucoup, avec moins de moyens financiers qu’avant. Il faut tout de même relativiser cette vision car tout n'est pas tout rose pour tous les musiciens. De nouveaux problèmes surgissent comme le téléchargement illégal, la rémunération et la répartition des droits générés ...



PR – À court terme, quels sont vos projets?

 

P.W – Dans l'immédiat nous allons continuer la promo de notre album actuel. Nous avons le soutien de l'Adami (c'est une société française de perception et de répartition des droits de propriété intellectuelle des artistes interprètes) ce qui nous permettra de faire connaître notre CD à un public plus large. Ensuite nous allons  préparer une tournée à partir de juin 2016 et avons commencé à travailler sur notre prochain album que nous prévoyons sortir  l'année prochaine  toujours chez MUSEA.

 

PR – Vous avez le mot de la fin….

P.W et J.T   Nous te remercions à notre tour pour l'intérêt que tu portes au groupe Orion.

 

Merci beaucoup.

 

Richard



NOUVEAUTÉS À VENIR

Après un long silence de 12 ans voici qu'on annonce un nouvel album pour la formation des Pays-Bas TRIANGLE.

Un groupe qui décide de s’appeler Standing Ovation parait de prime abord prétentieux. Ces 6 finlandais nous ont présentés en 2012 leur premier album "The Antikythera Mechanism". Et voici maintenant leur second "Gravity Beats Nuclear". Les références sont nombreuses, Spock's Beard, Dream Theater pour ne nommer que ceux-là.

 

MOTORPSYCHO nous présente leur quinzième album studio, il a pour titre « Here Be Monsters ».

Et oui un nouvel album pour cette formation suédoise qui paraitra le 14 mars sous le titre "Seaside Air". Une entrevue avec le groupe est prévue. À suivre!

Trio américain auteur d’un premier album baptisé "A is for Ampledeed" en 2013, Ampledeed est assurément une formation originale.

 

Évolutif, moderne et conséquent - sur When We Were Beautiful, DANTE a pris le meilleur des albums précédents pour créer un chef-d’œuvre musical. Disponible sur Gentle Art of Music le 18 mars.

 

 

SECTION IV est une nouvelle formation du Royaume Uni qui offre avec "Superhuman"une musique progressive accessible, remplie de richesses sonores qui rempliront vos oreilles. À découvrir !

 

 

EL TUBO ELÀSTICO, un jeune quatuor originaire de Jerez au sud de l’Andalousie, qui nous présente leur premier album éponyme.

 

 

PROFUNA OCEAN

In Vacuum

FREIA Music

TERRA INCOGNITA FESTIVAL

ROCK PROGRESSIF  

20, 21 & 22 MAI 2016   Québec


Tous les profits de la vente de l'Univers Progressif 4 vont à CKIA !! Merci de nous encouragez ! La compilation est disponible maintenant.